Bla bla bla

25 juillet 2011

Du plaisir de la vie sans enfants. The Beginning.

Pas de pamphlet contre la procréation, mais une ode à mes parents qui ont recueilli -adorablement- mes petits vacanciers remuants  litote.

Et les délices sont immédiates. Trois heures de route retour sans disputes fratricides, sans pause pipi se terminant parfois -cri étranglé- en nettoyage désespéré de la housse du siège auto non étanche (mais à QUOI pensent les ingénieurs en équipement familial de première nécessité??), sans tentative dangereuse en pleine autoroute de changement de DVD - ou pire, du langage dudit dessin-animé (POURQUOI Charlie et la chocolaterie commence systématiquement en néerlandais, POURQUOI?) - sans distribution de pain/gâteaux/gourdes/céréales (tartes), sans CD infantile en boucle avec refrains repris par 3 voix grêles à paroles approximatives.

SANS mioches en résumé.

Pas de hurlement réprobateur quant au choix de la musique (Jamiroquaï, parce que jeudi je vais le voir, ou plutôt l'entendre, en vrai).

Pas d'yeux révulsés et de mines dépitées quand je tente le refrain avec voix grêle et paroles anglaises approximatives.

Pas d'utilisation des toilettes pour personne à mobilité réduite afin d'y faire entrer toute ma progéniture.  

Pas de bain collectif arrosatoire à l'arrivée, ni de dîner en bonne et due forme (sans recherche de fruits et légumes pouvant agrémenter les coquillettes et sucettes à l'eau).

 

Et c'est parti pour... 10 jours. Etranglement de bonheur inespéré.

Posté par reverval à 21:16 - Commentaires [9] - Permalien [#]


10 décembre 2010

Pour des fêtes époustouflantes

Un coup de POUce pour une copine qui se lance dans sa propre production 100% BIO...

J'ai plus ou moins secrètement commencé un élevage (je veux dire autre que celui de mes enfants, même si en fait c'est lié) - je ne sais si ça vient de l'air de la campagne, du profilage à l'horizon des 3 ans de Céleste et subséquemment de la fin des allocations. Il vient à point nommé pour des repas de fêtes enchantés.

Je propose en des temps record d'envoi postal (Caliméro, si tu passes par ici, je ne sais quoi dire à propos de ma paresse d'emballage... gloups) des plats inédits qui vont déPOUssiérer tous menus traditionnels. Un esprit expérimental proche des extravagances moléculaires d'El Pulli.

Petits poux farcis. Lentes mimosa. Omelette soufflée aux lentes confites. Tube de poux en gelée d'huile de cheveux. Tarte insolite à la crème fouettée au lait de poux -femelles.

Je propose en accompagnement du Pouilly (fumé ou fuissé selon les goûts et les cépages) -oui, elle est facile.

A raison de 2 têtes à poux reconnues dans la maison -et je n'avouerai pour rien au monde ici que j'en suis l'une d'elles- et de l'espoir que les 3 autres le deviennent -je ne plains pas les rapprochements capillaires- je peux livrer la France entière et les pays limitrophes pour le 24, le 25, le 31 ou le 1er. Voire pour d'autres occasions -anniversaire de Belles-Mères ou d'enfants agités, dîner de rupture avec un conjoint violent/ adultère/ qui n'a jamais voulu d'enfant de vous mais qui vient d'en faire un avec une superbe jeunette avec qui il refait sa vie, départ en retraite (ou en prison) de supérieur(e) hiérarchique sexuellement trop entreprenant(e) etc.

N'hésitez pas à demander un devis dans les commentaires.

Posté par reverval à 15:54 - Commentaires [10] - Permalien [#]

27 août 2010

Bide Total

Comme chaque été, je reviens de Lozère boudinée, saucissonnée dans mes nippes qui pourtant me seyaient avant de partir, bedonnante et adipeuse.

Pourtant des activités sportives, là-bas, il y en a pléthore : qui du kayak-canoë sur les rapides du Tarn, qui de la marche sur les plateaux de l'Aubrac, qui de la pêche à la mouche dans le Lot, qui du vélo sur les chemins caillouteux ou les routes pentues. Et j'en passe, et plein dont je ne connais même pas les noms.

Par contre, je suis quasiment incollable sur les spécialités gastronomiques du coin, même élargi comme moi à y bien réfléchir. Et des aligot-party avec les parents, et des saucisses grillées avec les cousins, et des côtes de boeuf de l'AUbrac, et des côtelettes d'agneau de Sauveterre, et des comparaisons des différentes recettes de fouace ou de gâteau à la broche selon les boulangeries et les villages, et des pique-nique au jambon cru et saucisse fumée, le tout accompagné de petites merveilles raisinées du Languedoc (hips). Bref, une vie de mange-sans-faim et boit-sans soif. Orgiaque.

Of course, mon corps fatigué de tripare quasi quarantenaire a réagi. Violemment, arg. Constipation, digestion difficile, aérophagie Lozère, tu m'aères et spasmes de la vésicule, amis de la poésie de l'après-midi... Avec échographie de contrôle. Prout.

Sur ce, mon Grand qui vient tout juste d'accéder à l'Âge Vénérable de Raison : Maman, plus de soeur s'il te plaît! Cette fois je veux un petit frère, j'en ai troooooop marre grave des filles.

Ce qui s'appelle communément prendre un vent.

Posté par reverval à 17:12 - Commentaires [15] - Permalien [#]

09 mai 2010

Ma nouvelle maison dans la prairie ou Dangereusement Vôtre

Déménagement rondement mené. Rendu des clés après suée de ménage -approximatif selon les enc** malotrus professionnels des états des lieux. Cartons principaux déballés, les autres patientent gentillement à la cave, pièce délicieusement cachée dans laquelle on ne va que quand on en a sérieusement besoin.

Je pourrais continuer en m'extasiant sur le développement des biceps de Chéri coupant du bois (inutilement puisque la cheminée est factice) dans son éternelle salopette en denim, sur les genoux de Blanche bleuis par ses innombrables chutes dans l'herbe -aussi, quelle idée de dévaler dans les herbes hautes- pendant que je mitonne des ragoûts dans mes casseroles en aluminium avec mon chapeau de débarquée du Mayflower...

Sauf que chaque matin, Chéri endosse sa panoplie d'Exterminator à fort répandage phéromonal pour la sécurité de sa famille adorée. Il ne quitte pas le domicile conjugal -sinon c'est moi qui m'en vais- sans une dangereuse descente au rez-de-chaussée où des hôtes non invités festoient chaque nuit et traînent encore aux petites heures matinales. De bons gros et gras cafards noirs.

Siroter un petit noir serré en compagnie d'un gros gras noir , ça pourrait être so hype?

Nonobstant ma force à affronter 3 pré-pré (pré) ados quotidiennement en supportant leurs dépréciations catégoriques sur mes (in)capacités éducatives, culinaires, existentielles... ma férocité cojugale à contrer un mari bourré de qualités, soit, mais aux conseils ménagers exaspérantissimes dédicace au célèbre néologiste en herbe bourguignon, je me liquéfie paralysée devant toute bestiole à papattes poilues, fût-elle infime. Et, dans l'arrière-pays niçois, les bêbêtes nuisibles déclenchant chez moi une terreur domestique allant du mutisme paniqué aux vomissements incontrôlés, et bien -ach- il y en a MOULT.

Je suis preneuse de tout moyen rapide et indolore de recouvrer rapidement ma dignité face à une araignée au regard sournois ou à une mouche à la taille génétiquement modifiée -quitte à rémunérer un coach qualifié, de préférence brun, au regard magnétique, à très groooosse... personnalité.

Posté par reverval à 15:31 - Commentaires [14] - Permalien [#]

17 mars 2010

Braderie au château

Pour quelques jours encore, je suis châtelaine d'un domaine fortifié... de cartons empilés! J'emballe, j'emballe, j'emballe -pour le plus grand plaisir de Chéri- tout en résolvant autant que faire se peut des questions métaphysicoexistentielles.

Quels vêtements empaqueter sachant qu'il faisait 0° quand j'ai débuté et qu'il y a presque 15° ces derniers temps?

Combien de tenue de rechange prévoir pour chaque membre de la Famille Royale lès-Monaco sachant que nous sommes actuellement touchés par une épidémie de grippe I (ntestinale) à fort rendement tachatoire?

Quels papiers ranger, quels conserver sachant que n'ayant pas pris la peine de noter précisément quel contenu correspondait à tel contenant, je pourrais être contrainte de déballer rageusement tout ce que j'avais péniblement empaqueté pour retrouver un livret de famille sournoisement glissé entre 2 Paris-Match bouche-trou, hautement nécessaire (le livret, pas le magazine) pour l'inscription des enfants dans leur nouvelle école?

Bref, autant de pollution neuronale qui me CONTRAINT parfois à abandonner cette tâche rébarbative pour profiter du soleil reviendu sur ma belle terrasse que je vais quitter, snif.

Il m'apparaît de façon fulgurante que la conjoncture de ce Grand Tri Par le Vide avec mon Quasi Bloganniversaire n'est divinatoirement point une coïncidence. Aussi, je lègue avec plaisir aux 3 premiers commentateurs un carton numéroté garni fragile emballé aujourd'hui, mercredi -la précision est importante. Ne tardez pas cependant à le récupérer à la Poste car le contenu peut nécessiter des  soins de première urgence, prévoyez éventuellement une voiture équipée ou poussette pour le ramener à la maison, et sachez dès à présent que ces CADEAUx ne seront ni repris ni échangés.

A bons entendeurs...

Posté par reverval à 13:55 - Commentaires [17] - Permalien [#]


17 février 2010

Buddha boudé

Dîner samedi soir dernier à Paris -week-end de St Valentin romantique à encourager le XV de France au Stade du même nom, à regarder en vrai et de près les fesses musclées de Clément ou Vincent. Salivant-

Pouvoir  réserver une table pour 10 le jour-même, et un samedi soir s'il vous plaît, au Buddha Bar Jadis haut-lieu branché des nuits glamchics parisiennes ne nous a pas mis le gong à l'oreille (enfin si, surtout le lendemain).

Que diable allâmes-nous faire dans ce palanquin?

Souci bio-énergétique véritable ou effet alternatif branché de ne pas l'être, branché, aux prises 220V? Solidarité avec les mal-voyants en association avec l'émission culturelle Vis ma vie? Pénétrer dans cet antre tenait du défi spéléologique, lampe frontale -pourtant vitale- en moins. Arriver jusqu'à notre table à tâtons fut un moment tactile initiatique. Table basse métallisée ou mega-gourmette de Vieux In sur pouf(fe)? Rampe en teck ou marque de vigueur pétulante d'un convive particulièrement affamé?

Remarque : il fut bien dommageable que l'expérience de se mettre dans la peau d'un gastronome tibétain aveugle ne fût pas poussée jusqu'à la distribution de menus en braille. Une application pomme-téléphone serait-elle à l'étude?

Je ne m'étendrai pas sur le rapport qualité des mets dans l'assiette/ nombre de chiffres sur le bout de papier déposé à la table en fin de repas... loooooongtemps après le premier dépôt en équilibre d'une fesse sur une chaise dans un angle de fond de salle. Je ne peux que croire que cet écart indécent est évidemment expliqué par le reversement d'une somme confortable -à défaut que nous, nous l'ayions été- aux sinistrés d'Haïti. Générosité sûrement inscrite en petits caractères que nous n'aurions pu lire pour des raisons désormais évidentes. Ni entendre d'ailleurs, j'y viens.

Moi qui espérais me détendre, bercée par des vibes sinisants et mantras apaisants... je fus plutôt secouée d'électro-chocs techno. Un moyen trépanant d'oublier la fadeur du repas?

Conseil d'une gastronome avertie : je recommande chaleureusement le Buddha Bar à toute personne souhaitant dîner avec une connaissance qu'elle n'a plaisir ni à voir (stricto sensu) ni à entendre.

Edit du lendemain : pattes d'oie pour cause de cillage abusif décuplées, sillon frontal creusé, tympans martelés, estomac martyrisé, compte bancaire sévèrement amputé.

Posté par reverval à 16:59 - Commentaires [10] - Permalien [#]

05 janvier 2010

J-1

Chéri et moi avons eu la délicieuse idée d'aller un peu lécher les vitrines, en cette journée calme de 1) cantine des grands 2) veille des cohues marchandes et des foules hystériques en quête du Saint-Cachemire à moins 75%.

Il a besoin -ou surtout envie?- d'un costume noir, veste cintrée et pantalon un peu cigarette. Un peu tendance, quoi.

Mais si les rayons sont encore tranquilles, nous n'avons pu en dire de même du bataillon de vendeurs sur les dents, étiquetant, rangeant, disposant, et cinglant chaque client ayant l'impudence de venir les déranger dans leur aménagement artistique.

L'acmé de cette matinée : notre inconsciente entrée chez Agnès b. où 2 nains hautains, très affairés, ont finalement lâché du bout des lèvres que le style du magasin, Dandy-Rock, ne convenait pas au physique de Chéri (1m86, 90 kg... et ouais, et c'est MON mari, gniark)...

Donc si vous êtes un homme normalement constitué, comprenez de plus d'1m60, ne vous frottez pas à la collection Jabot-Nabot en vogue chez Agnès... conseil avisé de shoppeuse avertie ;-)

EDIT DU JEUDI

Ma réponse au commentaire de Marie, dont l'adresse mail comporte effectivement le nom de la créatrice sus-citée (pour le Club des Curieuses Compulsives ;-)

Bonsoir,

je mets du temps à vous répondre, parce que j'ai besoin de temps pour me remettre... j'avoue qu'à mon tour j'ai été sciée d'avoir un mot d'agnès b. herself -enfin, quasi.

Mon mari est un occasionnel client agnès b. : il adore les chemises cintrées auxquelles il est fidèle depuis bientôt 15 ans et il a un faible pour les pulls coton tout simple col en V. Montpellier, Marseille étaient ses premières boutiques de coeur... Mais depuis que nous habitons à Nice -voilà, c'est balancé- il trouve l'accueil en magasin hommes plutôt limite. Et franchement mardi, ça a été la goutte d'eau sur le gâteau qui a fait déborder le pompon!

D'où ma plume -ou plutôt ma souris- trempée dans le vitriol.

Votre message a été remarqué -et apprécié- par Le Beau Le Fort comme il aime à s'appeler désormais.

Cordialement,

Posté par reverval à 15:18 - Commentaires [13] - Permalien [#]

16 novembre 2009

Soupçons

Le compte à rebours de Noël a commencé. Sonnez hautbois résonnez musettes! A moi les mardis-cantine dans les magasins illuminés (dès mi-octobre, est-il utile de le préciser) à chiner LE cadeau idoine pour chacune des personnes qui comptent pour moi (moi y compris:).

Mais... coup du sort? karma mécanique, postal ou bancaire déplorable?

Plus de CB -hiiiiiiiiiiii- car perdue dans la gabegie post-énième grève des lettres perdues à tout jamais. Nouvelle à venir dans une dizaine de jours -haaaaaaaaa!!!!!!!

Plus de voiture -huuuuuuuuuu- car batterie agonisante non rechargée malgré les fils magiques prêtés à mon Chéri la semaine dernière -hooooooooooo!!!!!!

Privée de liberté de paiement et de déplacement, tout cela pendant ma semaine réparatrice en Lozère? Alors que mon tendre et cher (?) était seul à la maison?? où il avait seul accès à la BAL et au garage O_O

Avouez que...

Posté par reverval à 15:52 - Commentaires [14] - Permalien [#]

23 octobre 2009

24

24h chrono pour les JackBauerphiles... 24h de la vie d'une mère pour les Zweigophages... mais je pensais surtout à 24 de TENSION à 8h30 tous les matins!!!! -spéciale dédicace à ma copine Emma qui, elle, monte à 30 ;-)

Après moult réveils nocturnes de Céleste -malgré ses déjà un peu plus d'un an- la radio programmée sur 6h pour Chéri et le câlin trèèèèèèès matinal -non, non, ce n'est pas censuré- de Jean qui se lève dans la foulée pour ne pas rater son papa d'amour, je m'extirpe tant bien que mal de mon lit. 4 de tension au pifomètre.

6h43. Aaaaaaaaah, je vais pouvoir boire un café bien noir pour non seulement recouvrer esprit et forme, mais surtout pour enfin ouvrir les yeux.

6h44. Mamaaaaaaaaaan, j'ai faim! -Jean. AAAAAAAAAAAAAAAH* -Céleste *comprendre : Mamaaaaaaaaaaaaan, je suis réveillée, viens me chercher et me changer. Mmmmmmmmmm! -Blanche qui a du mal à émerger malgré l'heure qui tourne inexorablement.

Et là... tout va trop vite.

6h56. Mange tes céréales! Oui mais je préfère celles au miel et pas au chocolaaaaaaat....

7h13. Fais attention à ton bol de l.... %$*# (grossièreté malencontreusement hurlée quand ledit bol atterrit sur le sol et éclabousse intégralement la cuisine)

7h28. Allez vous habiller! Mais, euh, je veux pas mettre ce pantalon que tu viens juste de m'acheter et qui me plaisait dans le magasin, les copains l'ont trouvé trop laid!!!

7h35. Non Céleste ne touche pas la prise/les CD/DVD/la souris de l'ordi/ la télécommande que nous venons de retrouver après 10 jours de fouilles archéologiques dans tout l'appartement!!!!  HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII -stridence célestienne audible dans la résidence entière et faisant perdre progressivement l'ouïe à toute personne dans un rayon de 10m-   

7h41. Descendez des lits que je suis en train de faire!!! Wouahaha!!!

7h56. 8h04. 8h12. 8h19. Venez vous laver les dents!!!!! [.....]     consigne qui n'a généralement aucun écho même au bout de 4 répétitions

8h23. AAAAAAAAAAAAAAAAA* reulement de la mère de famille encore en pyjama, serpillière, brosses à dents, chaussures, manteaux et tasse de café froid à la main (oui c'est possible pour une Shivemama) alors qu'il ne reste que quelques minutes pour jeter les 2 grands dans leur cour/classe respective sans avoir à subir la honte du portail fermé...

Posté par reverval à 15:35 - Commentaires [17] - Permalien [#]

03 octobre 2009

Reularde

Mes copines Mimounette et Ch'tricote reulent... et veulent en plus connaître les travers reulards des copinautes bloggueuses, et des copinautes des copinautes. Pour se sentir moins seules à reuler dans un coin de leur foyer.

Personnellement je suis une GROSSE reularde. Depuis, pfiou, toujours? (mes frérots de passage confirmeront). A l'école je reulais contre le maître de CM1 qui m'accusait de copier sur mon voisin pendant la sacro-sainte dictée - tant décriée puis revenue dans les programmes officiels (mes copines profs des écoles confirmeront). Mais eueueueuh, je copie pas eueueueuh, je regarde ses fautes eueueueuh (oui, reularde ET un brin fayotte). Vous aurez reconnu le reulement primal EUEUEUEUEUH, plus contenu que le cri primal -hurlement hystérique poussé en fin de journée par la multipare prête à étriper sa progéniture désordonnée et disputante.

Rien que pour ce matin :

j'ai reulonné contre mon mari -charmant parfois au demeurant- qui est resté au lit pour une grasse matinée bien méritée sic O_O après une semaine DINGUE, me laissant ENCORE me coltiner les petits-déjeuners à la carte des 2 grands, le caca monstrueux du matin de Céleste nécessitant un change complet de pyjama/draps/doudou/taie ET oreiller -beurk-, les disputes pour la chaîne des dessins animés, les supplications dès le saut du lit pour la WII (oui, bon, ben celle-là, je l'ai bien méritée, je sais)

j'ai reulé contre notre agence d'escrocs de location immobilière nous facturant des frais en double, des taxes de retard alors qu'ils avaient oublié notre dernier loyer dans leur BAL, des reliquats de débouchage de canalisation alors que la même entreprise venait de nous changer le tuyau qq jours auparavant (Mimounette, avons-nous les mêmes artisans à mains atrophiées et portefeuille surdéveloppé??)... nous obligeant à des calculs matinaux complexes, enfin c'est Chéri l'ingénieur qui s'y est collé, j'avais bien dit qu'il était parfois adorablement serviable.

j'ai enfin reulé à mort contre les chais de champagne et de Cru bourgeois St Estèphe, ainsi que contre les distilleries écossaises de whisky single malt complètement inconscients des dégâts que leurs produits en vente LIBRE peuvent générer sur une mère de famille vieillissante, fatiguée mais épicurienne!!!

Qui a des raisons de reuler ce week-end? Co quand elle aura fini sa pause-blog? Flore, ne serait-ce que pour reuler d'avoir une copinaute gluante avec ses tags? Fleur qui traverse une période parentale de crise (ahhhh, ces filles de quasi 4 ans!)? P'tite pomme qui sort la tête de ses cartons de déménagement? Virginie et sa nouvelle vie de FQT?

Posté par reverval à 18:20 - Commentaires [10] - Permalien [#]